Un peu d'Histoire

Un Chapter allant généralement de pair avec une concession, c’est donc à l’automne 2002, peu de temps après l’ouverture de la première concession Harley-Davidson de Saint-Etienne que fût crée notre Chapter Armeville.

Nous devions être une quinzaine de motos pour la première sortie que nous fîmes à ce moment-là, nous l’avions numérotée zéro. Quant à la sortie numéro un, nous l’avons faite le dimanche 23 Mars 2003 en Ardèche, nous étions 39 personnes et 24 motos.

Mais la plus grosse sortie que nous avons faite cette année-là, la dernière semaine de Juin, fût la célébration européenne du centenaire de Harley Davidson sur le site olympique de Barcelone, manifestation au cours de laquelle j’ai eu la chance et l’honneur de rencontrer la famille Davidson. Dix ans plus tard, pour le cent dixième anniversaire, nous sommes allés à Rome avec en prime la bebénédiction de Sa Sainteté le Pape François.

La première concession Harley-Davidson de Saint-Etienne a ouvert à la rentrée 2002 au 2 rue Etienne Mimard, notre Chapter a été créé dans la foulée et son premier Director était Jean-Paul Valla (agenouillé derrière le drapeau sur la photo ).

Elle a fermé en Septembre 2005 et le Président National du HOG France, Stéphane Sahakian, a accepté, à titre exceptionnel, que nous restions Chapter orphelin sous son autorité directe.
Jean-Paul Valla est resté Director jusqu’à fin 2007, après une petite parenthèse en 2008, année au cours de laquelle Christelle Queussier a dirigé le Chapter, c’est Gérard Blanchard qui est devenu Director et l’a dirigé de main de maître jusqu’à fin 2013.

C’est sous son règne que furent notamment organisés deux grands voyages en Harley aux USA : l’Ouest américain en 2010 et Sturgis en 2013. 

Nous ne sommes plus orphelins depuis le printemps 2013: nous avons en effet été adoptés par la nouvelle concession, sise au 1 rue Pierre Loti, et son dealer, Régis Amsler, avec qui nous entretenons d’excellentes relations.

Notre nouveau Director est Bernard Delay qui succède à Gérard Merle et qui semble faire l’unanimité parmi les quelque 130 membres qui forment actuellement l’Armeville Chapter qui n’a pas fini de grandir…

Pourquoi Armeville ?

Lorsque fut créé notre Chapter en l’an 2002 après JC (ou en l’an 99 après HD), les concessionnaires de Saint-Etienne décidèrent de l’appeler Armeville, un ancien nom de notre ville. Nous allons voir quand, pourquoi et dans quelles conditions Saint-Etienne fut débaptisée pour s’appeler Armeville.

C’est Saint-Etienne, premier martyr de la foi Chrétienne, qui a donné son nom à notre ville qui s’appelait, au moyen-age, Saint-Etienne de Furan. Située dans une région où l’on trouvait en abondance du minerai de fer, du charbon, du grès et de l’eau pure, les forgerons y étaient fort nombreux. Certains d’entre eux étant spécialisés dans la fabrique d’armes blanches, c’est tout naturellement qu’ils se mirent, à partir du quinzième siècle, à celle des armes à feu. François Premier fut le premier Roi de France à s’adresser, en 1535, à notre industrie locale pour équiper ses armées mais ce n’est que le 13 Juin 1764, sous le règne de Louis XV, que fut créée la Manufacture Royale d’Armes de Saint-Etienne.

Le 7 Septembre 1793, arrive à Saint-Etienne le sinistre Javogues, représentant en mission du pouvoir révolutionnaire qui, dans son délire anti-religieux, décide de supprimer tout ce qui porte le nom d’un Saint. C’est dans ce cadre-là, en pleine terreur révolutionnaire, que Saint-Etienne, capitale française de l’arme, est rebaptisée Armeville le 2 novembre 1793. Quelques mois plus tard, elle s’appellera Commune d’Armes et retrouvera son nom définitif en 1795.

Saint-Etienne fut donc baptisée Armeville lors de l’une des périodes les plus sombres de notre histoire. Il est paradoxal qu’un moto-club Harley-Davidson, qui est au contraire un symbole de liberté, puisse porter un tel nom ; mais il faut reconnaître qu’il était assez bien choisi, et nous devons assumer notre histoire…

 

Jean-Yves GARNIER 

Historian de 2006 à 2016

 

Pistolet réglementaire Français modèle 1777 à silex et révolver réglementaire Français modèle 1873

 

tous deux issus de la manufacture d'armes de Saint-Etienne